Dépistage d’entrées de service en plomb

Selon l’information dont le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) dispose, des raccordements des bâtiments aux conduites du réseau d’aqueduc (communément appelés « entrées de service en plomb ») sont susceptibles d’avoir été installés dans la majorité des régions du Québec jusqu’en 1955, jusqu’en 1967 dans la région de Montréal et jusqu’au milieu des années 1970 dans la région des Laurentides.

Le plomb retrouvé dans l’eau potable provient de certaines composantes du système de distribution. Les principales sources de plomb sont les entrées de service en plomb ou la tuyauterie interne du bâtiment (soudures en plomb, anciens tuyaux en plomb, accessoires de plomberie, etc.).

Source de l’image: Ville de Montréal

Dépistage et analyses de la qualité de l’eau potable

  1. Dépistage par la Ville des entrées de service en plomb
    Des équipes de la Ville entreront en contact avec les propriétaires des bâtiments ciblés afin de dépister la présence d’entrée de service en plomb à la limite de la propriété par creusage pneumatique. Cela permet d’analyser les résultats d’échantillons d’eau là où il y a risque d’une présence excessive de plomb dans l’eau potable. 
  2. Analyses de la qualité de l’eau potable 
    La Ville procède régulièrement à des prélèvements d’échantillons d’eau potable à certains robinets privés en suivant les recommandations d’un guide produit par le MELCC. Ces échantillons sont analysés par un laboratoire retenu par la Ville et accrédité par la MELCC. Les résultats officiels sont envoyés au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Les citoyens concernés recevront copie de leurs résultats dans les semaines suivant leur analyse par la Ville.

Généralités sur le plomb

Norme au Québec : 10 microgrammes/litre
Personnes à risque en cas de concentrations élevées de plomb dans l’eau potable : Les enfants de moins de six ans et les femmes enceintes (pour le fœtus)
Bâtiments qui pourraient être touchés :  Ceux raccordés au réseau d’aqueduc avant 1975

Questions fréquentes d’ordre général

  1. Ai-je une entrée de service en plomb chez moi? Comment je fais pour savoir si j’en ai?
  • Vérifiez si votre maison a été raccordée au réseau d’aqueduc de la Ville avant 1975
  • Vérifiez vos tuyaux (voir la vidéo réalisée par la Ville de Montréal).
  • Trouvez la vanne d’entrée d’eau dans la maison et observez le tuyau.
  • Le tuyau sera en plomb :
    • s’il est de couleur grise;
    • s’il ne produit aucune résonance si on le frappe;
    • s’il ne laisse des marques métalliques lorsqu’on le gratte;
    • s’il n’attire pas un aimant.

  1. Ai-je une entrée de service avec la portion municipale en plomb? Comment savoir si j’en ai?

Sauf exception, la seule façon de s’assurer de la présence d’une portion municipale en plomb est l’inspection visuelle à la boite de service (bonhomme à la limite de propriété) lors d’une excavation pneumatique, procédure peu envahissante. 

À noter que lors de travaux municipaux de réhabilitation et de reconstruction des conduites souterraines (aqueduc (eau potable) et égouts) et des chaussées, s’il y a confirmation que les raccordements des bâtiments sont en plomb, la Ville procède à leur remplacement jusqu’à la limite de propriété et invite le propriétaire du bâtiment à en faire de même pour la portion allant de la limite de propriété jusqu’à son bâtiment. 

Le propriétaire et la Ville doivent prendre en considération le fait que l’enlèvement d’une portion en plomb, sans enlever l’autre portion qui serait aussi en plomb, met en contact deux métaux de nature différente ce qui pourrait augmenter les concentrations de plomb dans l’eau de façon temporaire, mais pouvant durer plusieurs mois (par un phénomène corrosion galvanique).

  1. Est-ce que la présence d’une entrée de service en plomb représente toujours un danger?

Non. L’existence de tuyaux en plomb n’est pas une situation unique à Sainte-Agathe-des-Monts puisqu’on en retrouve ailleurs au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde. 

De plus, comme en témoignent plusieurs analyses au Québec, habituellement les entrées de service en plomb ne sont pas un problème de surexposition au plomb s’ils sont en place depuis plusieurs années ou décennies, ce qui est le cas dans notre Ville. Au Québec, l’utilisation de tels tuyaux est interdite depuis les années ’70.

Cela dit, si les caractéristiques de l’eau (p. ex., une eau acide et faible en minéraux) sont propices à la dissolution du plomb, il peut y avoir une dissolution ou un décapage du plomb de la paroi du tuyau comme ce fût le cas dans un secteur de Sainte-Agathe-des-Monts en 1992. Les concentrations de plomb étaient alors exceptionnellement élevées. Cette situation a été corrigée de façon spectaculaire et soutenue seulement en corrigeant les caractéristiques de l’eau distribuée.

Actuellement, les concentrations mesurées sont considérablement inférieures à celles mesurées en 1992. On n’est plus du tout dans un même contexte.

  1. Comment savoir si j’ai une concentration excessive de plomb dans mon eau, si une ou deux portions de ma ligne d’entrée de service est en plomb?

Si un citoyen a une ligne d’entrée de service en plomb et veut savoir s’il y a une présence de plomb dans l’eau potable au-delà de la norme, il peut faire analyser son eau et cela à ses frais en communiquant avec un laboratoire accrédité par le Ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) pour la mesure du plomb dans l’eau.

Une liste à jour des laboratoires accrédités est disponible sur le site Internet du MELCC. Les laboratoires accrédités y sont classés par région administrative (Laurentides, région n°15). 

  1. Que puis-je faire pour réduire l’exposition au plomb, si j’ai constaté qu’une portion de l’entrée de service est en plomb?

Tout en tenant compte des informations précédentes, vous pouvez :

  • Laisser couler l’eau du robinet pendant quelques minutes après qu’elle soit devenue froide (fraîche en été) avant de la boire, surtout si elle a séjourné de longues heures dans les tuyaux (le matin et au retour du travail).
  • Après avoir laissé couler suffisamment l’eau du robinet, remplir un pichet que vous pouvez conserver quelques jours au réfrigérateur, pour éviter d’avoir à laisser couler l’eau à répétition pendant quelques minutes avant de la consommer et de gaspiller l’eau.
  • Toujours utiliser de l’eau froide pour cuisiner (café, thé, cuisson des légumes, des pâtes, du riz, etc.).
  • Nettoyer régulièrement l’aérateur (petit tamis) de votre robinet.

Il est important de noter qu’il est inutile de faire bouillir l’eau puisque le plomb ne s’évapore pas et n’est pas détruit par l’ébullition.

 Si vous avez la confirmation de la présence de plomb dans votre eau, vous pouvez utiliser :

  • un dispositif de filtration (pichet filtrant, filtre sous l’évier ou filtre attaché au robinet) certifié par l’organisme NSF pour la réduction du plomb conformément à la norme NSF/ANSI n° 53 est recommandée. Peu importe le type de filtres, les recommandations du fabricant quant à l’installation et à l’entretien de ces filtres doivent être suivies fidèlement ; ou,
  • de l’eau embouteillée.

Aux concentrations de plomb actuellement rapportées sur le territoire de la Ville, ces précautions sont tout particulièrement pertinentes pour les bébés alimentés avec des préparations commerciales de lait reconstitué avec de l’eau. Ces précautions pourraient aussi s’adresser aux femmes enceintes ou les enfants de moins de 6 ans. 

Pour plus d’informations

Info-travaux : 819 326-3199

Renseignements sur les normes gouvernementales :
Environnement et Luttes contre les changements climatiques